3 jours dédiés aux acteurs de la santé

Retrouvez également

  • Suivez-nous sur Linkedin
  • Suivez-nous sur Youtube
  • Suivez-nous sur Spotify
  • Suivez-nous sur Deezer

810novembre 2021

Paris Expo - Porte de Versailles - Hall 1

Découvrir le contenu

Zoom sur Baptiste Truchot

Covid-19
télé-expertise

Dans cet échange, Baptiste Truchot revient les changements réglementaires et l’évolution des usages de leur solution de télé-expertise face à cette crise inédite.

Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

L’état d’esprit est bon. On cherche à s’adapter au mieux à ce contexte très particulier. C’est vrai au niveau individuel, comment bien vivre le confinement. C’est vrai au niveau de l’entreprise, comment faire que l’équipe travaille efficacement, sereinement, alors que tout le monde est à distance. Et puis c’est vrai au niveau de la solution Omnidoc elle-même : il y a eu plusieurs changements réglementaires et une évolution des usages avec la crise du Covid et du coup on on a travaillé à adapter la solution et notre offre à ce contexte.

Quelles initiatives avez-vous prises pour faire face à la situation ?

D’abord dans les premiers jours de mars, il y a eu une évolution réglementaire par décret qui a assoupli les règles d’utilisation du remboursement de la télé-expertise dans le cas du Covid. On a travaillé à adapter très rapidement la solution pour qu’elle reflète cela et que les médecins puissent l’utiliser dans le cadre de l’épidémie.

Ensuite, on a été rapidement sollicité pour des projets de télé-expertises dans le contexte de l’épidémie. Mais on a du coup mis à disposition la solution gratuitement dans ce cadre et travaillé à la réalisation de ces projets. Le plus gros d’entre eux c’est neuroCovid. C’est un projet mené par la collégiale des neurologues d’Ile-de-France qui se relaient depuis lundi donc depuis trois jours pour répondre en urgence aux demandes de tous les praticiens hospitaliers qui ont un patient Covid avec une pathologie neurologique aiguë ou chronique. L’idée est de leur permettre d’avoir en quelques minutes ou heures la réponse de neurologues experts sur les différentes pathologies.

On a d’autres projets de ce type qui sont en train de démarrer : pour l’hypertension artérielle qui est un des premiers facteurs de comorbidité. Pour d’autres comorbidités également. L’idée étant de faciliter dans ce nouveau contexte l’accès aux spécialistes adaptés à l’épidémie.

Quelles seront vos actions prioritaires à l’issue de la crise ?

On va avoir deux priorités à la suite du Covid :

  • D’abord, rendre pérennes les projets qui ont démarré dans le contexte du Covid. Par exemple, neuroCovid. Aujourd’hui, les neurologues qui se relaient pour répondre aux demandes le font de façon complètement bénévole et il va falloir arriver à le financer pour la suite. Alors ce qui tombe bien, c’est que l’acte est dans le droit commun et donc les établissements et les médecins qui pratiquent la télé-expertise peuvent être rémunérés. Mais il faut que nous on s’accorde avec les directions de ces établissements pour assurer la facturation des actes.
  • Le deuxième type de priorité ça va être de faire redémarrer les projets qui se sont arrêtés avec l’épidémie, et il y en a un certain nombre parce que la télé-expertise c’est un axe qui va permettre d’optimiser le parcours de soins, et forcément dans un parcours de soins qui a été chamboulé il y a des établissements qui ont dû arrêter les projets. Par exemple, on allait commencer début avril un projet de télé-expertise au Centre national d’ophtalmologie des XV-XX qui a utilisé Omnidoc pour répondre à tous les ophtalmos de France sur des sujets précis — rétine, glaucome, surface oculaire. Il a été arrêté pour l’instant pour qu’ils puissent allouer toutes leurs forces à gérer l’épidémie. Mais du coup un des enjeux sera d’assez rapidement pouvoir faire redémarrer le projet.
Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur facebook