3 jours dédiés aux acteurs de la santé

  • Suivez-nous sur Linkedin
  • Suivez-nous sur Youtube

79oct. 2020

Paris Expo - Porte de Versailles - Hall 1

Découvrir le contenu

Zoom sur Philippe Deruelle

CNGOF
Covid-19
gynécologie
téléconsultation

Philippe Deruelle, Professeur en gynécologie et obstétrique – Secrétaire Général du CNGOF Le Secrétaire Général du Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF), revient sur les protocoles de soins prévus pour les équipes de périnatalité française dans le contexte de crise lié au Covid-19.

À l’issue de cette crise, si un des enjeux sera naturellement de reprendre une activité de chirurgie et en particulier la cancérologie, de nouvelles pratiques comme la télémédecine vont perdurer.

Dans quel état d’esprit êtes-vous en ce moment ?

On est dans un état d’esprit d’abord qui a été celui du combat un peu comme l’a dit le Président de la République avec beaucoup de modifications et puis maintenant on est dans une phase où on sait que la situation très inhabituelle va durer et il faut qu’on trouve des solutions pour occuper nos équipes, s’adapter à cette situation qui est totalement inédite.

Dans ce contexte de Covid-19 quelles actions avez-vous prises ?

Les actions que nous avons été amenés à prendre d’abord au nom du Collège :

  • C’est très rapidement de proposer des protocoles de soins pour l’ensemble des équipes de périnatalité française, très tôt on s’est réunis à quelques-uns et on a fait une proposition de protocole de prise en charge et d’organisation des équipes avec des filières Covid+ et des filières Covid- pour éviter à la fois la contamination des soignants mais aussi la transmission du virus d’une patiente à une autre, c’est un élément très important.
  • On a sanctuarisé l’activité d’obstétrique qui ne peut pas s’arrêter, on est contraint tous les jours d’accoucher les femmes, puis on a mis l’accent particulièrement sur l’activité d’Interruption Volontaire de Grossesse qui nous semblait important de faire poursuivre parce que sinon on arrivait à des situations catastrophiques.

Quelles seront vos priorités à l’issue de cette crise Covid-19 ?

Notre priorité ça va être de reprendre une activité de chirurgie et en particulier l’activité autour de la cancérologie, il faut savoir que dans certains centres comme à Strasbourg la cancérologie est totalement à l’arrêt sauf vraiment urgence extrêmement importante et on est en train de prendre du retard ou en tout cas en train de différer certaines situations en modifiant notre pratique.

Il va falloir premièrement l’évaluer et secondement très rapidement répondre à ces patientes qu’on a différées et puis il va falloir aussi reprendre nos activités et puis en même temps garder tout ce qu’il s’est passé, les téléconsultations, voir comment éviter que des gens qui doivent faire 2 heures de voiture ne soient pas obligés de se déplacer, on voit que ça marche très bien parce qu’on y est contraint

Face à cette crise comme le dit Jean Monnet les hommes ont été capables de s’adapter, les hommes et les femmes, et c’est très important de garder ça pour le futur, de montrer qu’on a été capable de s’adapter et d’utiliser cette page blanche de la périnatalité française ré-écrire la manière dont on fonctionne

Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur facebook