3 jours dédiés aux acteurs de la santé

Retrouvez également

  • Suivez-nous sur Linkedin
  • Suivez-nous sur Youtube
  • Suivez-nous sur Spotify
  • Suivez-nous sur Deezer

911mars 2021

SANTEXPO LIVE, une édition 100% digitale

Découvrir le contenu

Zoom sur Cécile Jaglin

CHU
Covid-19
solidarité

Cécile Jaglin, Directrice Générale du CHU d’Angers, revient sur la forte collaboration de tout le système de santé durant cette crise inédite.

Dans le contexte Covid-19, quelles actions avez-vous prises ?

Au démarrage de la crise coronavirus, notre première action a été de constituer une cellule de crise hospitalière qui se réunit tous les jours depuis fin février. Elle a complètement réinventé l’hôpital pour pouvoir mettre en place des circuits dédiés aux patients Covid mais également continuer à accueillir les autres patients urgents. Nous avons mis en place des réunions hebdomadaires avec les établissements de santé du Groupement Hospitalier de Territoire Maine et Loire mais aussi avec les établissements privés et la médecine de ville. Cela nous a permis, d’une part, de vider le CHU au début de la crise pour pouvoir accueillir des patients Covid en grand nombre et également proposer des protocoles de soins homogènes en ville au plus près du domicile des patients et dans les établissements du département.

À l’issue de cette crise, quelle seront vos priorités ?

Après la crise nous souhaitons absolument maintenir ce lien, de manière à travailler des filières de prise en charge des patients dans toutes les pathologies de la même manière avec la même qualité de relation et la même qualité de dialogue entre établissements publics établissements privés et médecine de ville. Je donnerai un exemple prioritaire pour nous : la mise en place du service d’accès aux soins qui doit permettre à la médecine de ville d’accueillir des patients qui aujourd’hui viennent aux urgences pour des pathologies bénignes ou des actes qui réclament peu de plateaux techniques et qui doivent pouvoir être accueillis dans des cabinets de ville dédiés, en lien avec notre service d’urgences et le SAMU.

Tous les Français applaudissent sur leur balcon ou à leur fenêtre les hospitaliers qui se sont mobilisés pour faire face à la crise. J’aimerais qu’à la sortie de la crise l’État se souvienne de cet engagement et de cette mobilisation très forte qui a permis de faire face à cette épidémie inédite.

J’attends une reconnaissance immédiate, pourquoi pas une prime, mais j’attends surtout une réflexion réelle sur l’organisation du système de santé, le financement du système de santé, la rémunération des professionnels de santé de manière à ce que l’hôpital public tienne toute sa place, que le service public hospitalier soit reconnu à sa juste valeur et que les soignants reçoivent le salaire qu’ils méritent de la même façon que leurs collègues européens.

Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur facebook