3 jours dédiés aux acteurs de la santé

  • Suivez-nous sur Linkedin
  • Suivez-nous sur Youtube

79oct. 2020

Paris Expo - Porte de Versailles - Hall 1

Découvrir le contenu

Zoom sur Éric Le Roy

Dispositif Médical

Eric Le Roy dirige le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales (Snitem) qui réunit un peu plus de 470 entreprises, fabricants, développant des Dispositifs Médicaux. Tous les produits qui vont de la seringue au scanner en passant par tout type d’implants ou de pansements.

Quel est le premier bilan pour les entreprises du Dispositif Médical ?

Permettez-moi d’abord d’avoir une pensée forte pour l’ensemble des victimes de ce terrible virus. Du personnel soignant, on en a beaucoup parlé, mais on n’a pas assez parlé des victimes. J’ai une pensée pour ces victimes et leurs familles.

Le premier bilan pour les entreprises, il est dur. Il est dur dans la mesure où on a récemment fait une enquête qui montre que c’est 20%, en moyenne sur l’ensemble de la filière, qui est estimé comme la perte à fin décembre 2020. Vous voyez, c’est très lourd en terme d’exploitation. Comme on l’a vu, il y a eu énormément de chirurgies programmées qui n’ont pas eu lieu. Donc l’impact est évident pour les entreprises qui fournissent les produits permettant ces opérations. Derrière ce bilan globalement négatif se cachent des situations très contrastées puisqu’il y a des entreprises qui ont été extrêmement mobilisées sur toute l’activité autour des urgences, en réanimation, de la respiration. Les entreprises ont été hyper mobilisées. Certaines ont multiplié leur production par 8 ou 10, se sont réorganisées, restructurées pour pouvoir assurer le service et la fourniture des produits qui étaient indispensables pendant cette période de guerre.

Quelle est la priorité des industriels pour les mois à venir ?

Plusieurs choses.

À court terme, c’est la reprise d’activité dans les établissements. C’est un élément clé. Les entreprises sont prêtes. Aujourd’hui, ce qu’on observe — nous sommes, au moment où l’on parle, en juin 2020 — l’activité n’a pas du tout été normalisée. Il faut que cette activité reprenne, il faut qu’il y ait une impulsion au niveau national pour que, dans les différentes régions, les établissements de soins reviennent à une activité normale. C’est la première priorité. Ensuite, il y a un élément évident, c’est qu’il faut que l’on revoit la politique de régulation de notre secteur. Cela me semble essentiel et évident. Pendant des années, tous les mois, il ne se passait pas un mois sans qu’il y ait des baisses de prix des produits. On est arrivé à des situations de tension extrême, précisément parce que cette politique comptable, on l’a vu, a eu des conséquences. Il faut se remettre autour de la table pour revoir la politique de régulation qui tire la leçon de cette crise.

Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn Partagez sur facebook

Information Santexpo 2020

Rendez-vous sur SANTEXPO du 7 au 9 octobre à Paris, Porte de Versailles.